Témoignages de Télésecrétaires

Des télésecrétaires ont répondu à un questionnaire (fil rouge de l’entretien) sur leur parcours.

Ces témoignages sont très intéressants, et vous montreront que vous n’êtes pas seules à vous poser certaines questions sur le métier que vous avez choisi d’exercer en télétravail.

Bien entendu ces témoignages sont publiés de façon anonyme, sauf pour celles qui ont souhaité afficher leurs coordonnées.

Voici le contenu de ce questionnaire :

  • J’aimerais savoir comment vous êtes arrivée à « vouloir devenir télésecrétaire », comment avez-vous eu connaissance de ce métier et de sa forme actuelle ?
  • À quel moment de votre cheminement vous avez eu « le tilt », le « flash » qui vous a convaincue de vous lancer ? Comment s’est manifesté ce déclencheur ?
  • J’aimerais aussi savoir sur quel sujet vous vous interrogiez le plus lorsque vous avez eu l’idée de vous lancer, par exemple : Votre capacité à travailler seule ? Le salaire ? L’équipement nécessaire ? Les commentaires de vos proches …
  • De quoi aviez-vous le plus besoin ou « pensiez-vous avoir besoin » ?

11 réflexions sur “Témoignages de Télésecrétaires

  1. Bonjour,
    Excusez moi pour ces quelques petites questions, mais j’ai l’intention de me mettre à mon compte en tant que secrétaire (juridique et autres…) en travaillant à mon domicile
    Or, malgré des semaines de recherches, je ne trouve pas de logiciel de transcription de dictée afin que les clients puissent m’envoyer des dictées par mail pour faire la transcription chez moi.
    Savez-vous quel logiciel je peux utiliser?
    Merci d’avance pour vos réponses
    Félicitation à toutes celles qui sont dans le télé-secrétariat car ce n’est pas une chose facile.
    A bientôt.
    Laetitia

    J'aime

    • Bonjour, en fait les fichiers sons ne peuvent être envoyés par mails, trop lourds. Je vous conseille d’ouvrir une dropbox, un espace réservé pour vous et chaque client pour y déposer vos fichiers, en toute confidentialité. je vais vous envoyer une invitation pour une ouverture de dropbox.
      Sinon vous pouvez utiliser free.dll, ou nexsend etc il y a nombre de sites pour télécharger les fichiers sons !
      Valérie

      J'aime

  2. Comment m’est venue l’idée de créer une société de secrétariat libéral ?
    L’idée m’est venue lorsque j’étais Assistante de Direction dans la maison individuelle et que nombreux artisans venaient me trouver pour « taper » leur facture. Après un licenciement, à 48 ans, je me demandais si j’allais trouver un travail à la hauteur de mes ambitions… J’ai cherché sur internet ce qu’était le télé-secrétariat et mené une étude de marché sur mon département de la Savoie. J’ai découvert ce nouveau métier dont l’idée m’a tout de suite plue.
    J’ai donc crée la société TIPTOP SECRETARIAT le 8 janvier 2008. Des hauts, des bas mais très épaulée par mon conseiller juridique… J’ai résisté à la crise, malgré la perte de 3 clients qui avaient déposés le bilan… J’ai repris ma prospection et puis, le bouche à oreille aidant, j’ai assis ma clientèle.
    J’aime travailler pour des entreprises différentes et découvrir de nouveaux secteurs d’activités, avoir des demandes diverses et variées. J’interviens tant sur site qu’à distance, auprès des entreprises et des particuliers.
    Cette année, j’entame ma 4ème année, et j’arrive enfin à me sortir un salaire décent. Il faut vraiment de la volonté. Des prestations sont pas toujours payées à la hauteur du travail que l’on fait… Entre 30 et 35 € de l’heure… Mais on arrive à en vivre.
    Courage à celles qui s’installent, mais attention, à ne pas rêver en se disant, on est en libéral et on fait ce que l’on veut ! NON, il faut de la disponibilité et ne pas se dire… à 18 h 00 j’ai terminé… il m’arrive de travailler jusque 21 heures !

    J'aime

    • bonjour,
      sans indiscrétion, c’est quoi pour vous un salaire décent?
      êtes-vous en autoentrepreneur? et en ce qui concerne les conseillers juridiques, on est obligé d’en avoir un?
      merci de vos réponses;

      J'aime

      • Un salaire décent pour moi c’est celui qui vous convient, qui vous permet de payer vos charges sans toucher aux deniers de la famille ! Après un salaire décent pour une personne ne le sera pas forcément pour une autre…désolée de vous donner une réponse si « large » 🙂
        Non je ne suis pas en auto entrepreneur pour la simple raison que le statut n’existait pas encore lorsque je me suis immatriculée.
        Enfin je n’ai jamais eu l’information d’une obligation d’un conseiller juridique, non, et mes collègues n’en ont pas non plus.
        Bonne soirée à vous,
        Valérie

        J'aime

  3. Allez, je me lance ! Mais je serai brève, le temps me manque un peu…
    Comment j’ai voulu devenir télésecrétaire : cela remonte déjà à plusieurs années, c’était en 2005. Je venais d’avoir mon deuxième enfant, la reprise du travail avait été difficile et je n’étais plus très motivée pour faire la route tous les jours (80 km aller-retour). L’ambiance n’était pas au top non plus et mon patron avait du mal à comprendre mes obligations familiales. A la longue, un gros « raz-le-bol » s’est installé. J’avais bien envie de démissionner, mais la conjoncture étant, je ne pouvais pas me le permettre. C’est de là qu’est venue la vague idée : « mais oui, je pourrais travailler seule et proposer mes services à d’autres sociétés » A l’époque je ne savais pas que notre métier existait, je ne connaissais même pas le mot « télésecrétariat ».
    Mon petit dernier est né en 2006, j’ai donc laissé en veille cette idée…et pris un congé parental. Cela m’a permis de faire un bon break avec le monde du bureau…
    A quel moment j’ai eu le tilt : cela a été très « rapide ». Fin 2008, à 6 mois de la fin de mon congé parental, la hantise de retourner au bureau, il fallait que je prenne une décision rapidement. C’est en surfant sur internet que j’ai connu le métier de télésecrétaire, par Nathalie Crépin ; j’ai avalé son e-book « Je veux devenir télésecrétaire ! ». Début 2009, je prenais RDV avec mon patron pour lui annoncer que je ne reviendrai pas. Entre temps, je travaillais déjà à la création de ma future autoentreprise : tellement motivée, j’ai trouvé le nom, créé le logo, la charte graphique. Le jour de mon RDV (pas avec le patron, mais avec un mandataire judiciaire (liquidation de la société)), j’avais déjà bien avancé mon projet. J’ai appris mon licenciement, c’était la belle opportunité.
    Puis tout s’est enchaîné très vite : Pôle Emploi, Boutique de Gestion, bilan de compétences, validation de mon projet et finalement officialisation de Plume @ssistance le 1er octobre 2009.
    Ma plus grande interrogation a été, comme beaucoup d’entre nous je crois, « Comment trouver des clients ? ». Hé bien, il faut mettre la main à la patte, même quand on a jamais fait de commercial. Cartes de visites, flyers, bouche-à-oreille, site internet, réseaux sociaux. Et ce n’est pas parce que les premiers clients sont là qu’il ne faut pas continuer… En redonner un coup de temps en temps…
    Voilà ma petite histoire Valérie…

    J'aime

  4. Merci chère Laetitia pour ce témoignage, tu sais si j’ai mis les questions c’était juste pour donner une idée des témoignages qui allaient figurer sur le blog ;-)) Mais du coup je copie ton histoire à la suite de celles que j’ai collectées et je le publierai prochainement, merci à toi ptite plume !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s